Santé environnementale et environnement Intérieur

L’aménagement intérieur, l’organisation spatiale et la diminution des risques liés à la constitution et l’utilisation des lieux impactent grandement le bien-être et le dynamisme des occupants d’un espace.

Autrefois négligé par les dirigeants et sous-estimé dans son influence primordiale sur la productivité, l’aménagement intérieur revient sur le devant de la scène.

Pour autant, il ne s’agit pas de créer un simple espace détente dans les entreprises pour voir la convivialité et la performance de chacun s’améliorer.

Le soin apporté à la qualité des lieux peut prendre de multiples facettes, et devient désormais nécessaire pour la productivité et la fidélisation des collaborateurs ainsi que pour l’attractivité des partenaires.

Du point de vue des prospects et des clients, optimiser l’aménagement intérieur des boutiques ou des locaux d’entreprise revient à travailler son image de marque.

Comment l’environnement intérieur impacte t-il la santé environnementale et le travail des collaborateurs ?

Depuis quelques années, l’amélioration visuelle, esthétique et ergonomique des locaux (que ce soit pour les boutiques ou les entreprises) est devenue l’une des clefs de la dynamique du monde du travail.

Il existe 4 enjeux dans l’interaction entre environnement intérieur et santé environnementale :

1. L’amélioration de la performance individuelle et collective par le confort, l’ergonomie, l’usage et l’appropriation.
2. Les nouveaux modes de fonctionnements du travail (espace conviviaux, open-space, co-working, télétravail etc…).
3. Les préoccupations grandissantes (et à juste titre) de la pollution électromagnétique.
4. Les impacts sanitaires liés à la pollution de l’air intérieur et la présence de produits nocifs dans les matériaux de construction et de décoration.

Les entreprises gagneraient 19% de créativité par l’adaptation de la température de leurs locaux, et 40% de gain de productivité par l’ajout de fenêtres ou de lumière naturelle.”

Etude Loftness & Al., Berkeley National Laboratory
2003

Ainsi, lorsque l’environnement intérieur est amélioré (agencement, mobilier, ergonomie, air, acoustique, ondes électromagnétiques…), il est observé :

– une baisse de stress,
– une diminution de la fatigue,
– une meilleure entente entre les collaborateurs,
– moins d’absentéisme,
– moins de turnover.

Aujourd’hui, l’amélioration des conditions de travail, l’augmentation de la performance, qu’elle soit, individuelle ou collective, ne peut se faire sans un minima de prise en compte de deux types d’aménagement.

• l’aménagement visible : la structure, le bâti, les matériaux, l’ergonomie ;
• l’aménagement invisible : les sources de pollution comme l’electrosmog, les composés organiques volatiles…

Ces deux aspects sont évalués dans le référentiel.

Environnement intérieur : le référentiel du Label DOMŒPIONE en matière de Santé Environnementale

Santé environnementale : présentation non exhaustive des critères liés l’environnement intérieur dans les entreprises, les commerces et les lieux recevant du public.

Les 5 leviers de l’environnement intérieur dans la labellisation DOMŒPIONE se concentre autour des éléments listés ci-dessous.

Physique du Bâtiment (Orientation & Position sur le terrain, Accessibilité, Emplacement des pièces / espaces & Relation spécifique Lieu/Activité).

Matériaux de Construction & Aménagement (Présence de polluants, d’allergènes, de matériaux non respirants…).

Décoration, Agencement et Ergonomie (Typologie des espaces, Parcours Collaborateurs, appropriation du mobilier et des équipements, couleur des différents espaces, odeurs et senteurs).

Luminosité & Acoustique (Eclairage naturel, circadien, nuisances sonores).

Qualité de l’Air Intérieur (Humidité, ventilation, température, isolation, dispositifs de dépollution de l’air intérieur).

Électromagnétique (VLE et VA, mesure de la densité de courant induit, ondes basses et haute fréquence).

Evaluer l’efficacité de vos aménagements (espaces, agencement, décoration, mobilier, signalétique, etc.) c’est aussi contribuer à déceler le syndrome du bâtiment malsain (pris en considération par la médecine du travail) et investir sur le bien-être du capital humain de votre entreprise.

En savoir plus sur les autres environnements …

Mots clefs associées à “Santé environnementale – Environnement Intérieur” : Gestion des écosystèmes, Bien-être, santé environnementale, environnement sociétal, santé, convivialité, image de marque, productivité, organisation spatiale, aménagement intérieur, air, acoustique, ondes électromagnétiques, ergonomie, productivité, fidélisation, bien-être, capital humain , agencement, décoration, mobilier, signalétique, syndrome du bâtiment malsain, médecine du travail, Physique du Bâtiment, Orientation du bâtiment, Accessibilité, Emplacement des pièces, Relation spécifique Lieu/Activité, Matériaux de Construction, polluants, allergènes, matériaux non respirants, Décoration, Agencement, Ergonomie, Parcours Collaborateurs, Appropriation du mobilier, Equipements, Couleur, Odeurs, Senteurs, Luminosité, Eclairage naturel, Eclairage circadien, Nuisances sonores , Qualité de l’Air Intérieur, Humidité, ventilation, température, isolation, dépollution de l’air intérieur, Electromagnétique, VLE, VA, mesure de la densité de courant induit, ondes basses fréquences, ondes hautes fréquences, electrosmog, composés organiques volatiles, ergonomie, stress, fatigue, absentéisme, turnover, pollution de l’air, pollution électromagnétique, espace conviviaux, open-space, co-working, télétravail, performance individuelle, performance collective, confort, ergonomie, image de marque, productivité, fidélisation, attractivité des partenaires, convivialité, performance.